Cathédrale Saint-André

Par Olivier Aumage (Photo taken by Olivier Aumage) [CC-BY-SA-2.0-fr (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/deed.en)], via Wikimedia CommonsLa cathédrale Saint-André présente trois particularités : les portes s'ouvrant sur les faces latérales, une au pignon sud du transept, une au pignon nord du transept et une autre, la "porte Royale", au nord ; au niveau de la cinquième travée de la nef, le contrefort de Gramont, plus un clocher isolé dit Pey-Berland.

La nef est du XIIe siècle, avec sept travées et sans bas-côtés; la construction du transept et du choeur s'étale du XIIIe siècle au XVe siècle.

Le choeur, très large par rapport à la nef, comprend cinq travées, un déambulatoire double ; son chevet a cinq chapelles rayonnantes s'exprimant à l'extérieur par des polygones à trois côtés ; les contreforts qui les flanquent ont un riche décor, ainsi que les arcs-boutants.

Par Image details   Casio EX ZR1000   Orikrin1998   CC-BY-3.0 (Travail personnel) [CC-BY-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons

Entre la quatrième et la cinquième travée de la nef, et sur le côté nord, s'élève extérieurement le contrefort de Gramont ; il est daté de 1533 et présente une ornementation faite de pilastres, médaillons, colonnes entourant un cadre contenant les armes de Gramont ; l'arc-boutant est composé d'une galerie de colonnes cornitiennes, bref un décor à l'italienne.

Les deux façades extrémités du transept ont des portails encadrés de tours carrées ; seules celles du nord se terminent par de hautes flèches. Le portail sud a trois voussures ; le tympan et le trumeau manquent ; les ébrasements latéraux ont huit niches vides, mais les soubassements sont ornés de chaque côté par cinq bas-reliefs d'une exécution très habile ; ils s'inscrivent dans des quadrilobes.

Le portail du transept nord (XVIe siècle) a son tympan divisé en trois registres : le plus bas est réservé à la Cène ; au-dessus, c'est l'Ascension et, au registre supérieur, le Fils de l'Homme est assis sous un dais, quatre anges sont disposés à ses côtés. Dans les voussures d'encadrement de ce tympan, trois rangées de statuettes figurent les anges, les apôtres, et à la plus extérieure voussure : les patriarches et les prophètes.

La porte royale est le plus beau morceau de sculpture de la cathédrale. Au tympan figure le Jugement Dernier ; au centre, le Christ assis est le Christ ressuscité ; de chaque côté, deux anges tiennent les instruments de la Passion. La Vierge et saint Jean sont également représentés à genoux.

Dans la partie supérieure du tympan, huit anges complètent cette tour céleste qui se continue dans les niches des voussures.

Le linteau est réservé à la Résurrection ; quant aux pieds-droits, leurs dais abritent dix grandes statues d'apôtres qui offrent de nombreuses qualités de composition et d'exécution ; les draperies sont remarquables et les figures très belles.

Au-dessus du portail, il y a une galerie de huit arcades dans lesquelles sont représentés un roi, une reine et six évêques.

Un clocher isolé érigé au XVe sicle par l'archevêque Pey-Berland se dresse à l'est de l'église, dans le voisinage du chœur. On doit lui reconnaître une ordonnance architecturale parfaite ; sa décoration, dans le style de celle du chœur de la cathédrale, se développe progressivement de la base au sommet ; simple à la partie inférieure, elle devient de plus en plus opulente lorsqu'on arrive au sommet. La très haute flèche de plan octogonal se termine par une statue.

Sources : Stany Gautier, Musée de Nantes

Bordeaux cathédrale Saint-André portail royal

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.